Flightradar24 : Carte du monde des vols d’avions en temps réel

Ce soir je suis tombé sur un site un peu insolite mais qui peut s’avérer utile pour ceux qui voyagent beaucoup ,qui ont de la famille qui voyage beaucoup ou tout simplement pour les curieux ou passionnés d’aviation.

C’est donc une carte du monde avec en direct le trafic aérien mondial. Il est possible de cliquer sur un avion et ainsi de voir sa fiche détaillé, comprenant, entre autres, une photo de l’avion, sa vitesse, sa destination, sa ville de départ, son altitude, sa position et plein d’autres choses. Il est aussi possible de rechercher directement un avion à partir de son numéro.

Bien entendu, tous les avions ne sont pas répertoriés, pour l’instant seuls les avions possédant un transpondeur ADS-B le sont, et l’Europe semble être mieux représentée que les Etats Unis pour le moment.

L’application est aussi disponible sur l’App Store et Android market (en version gratuite et en version payante).

Mettre à jour Eclipse (Helios -> Indigo)

Petit tuto rapide suite à la mise à jour d’Eclipse à laquelle je viens de procéder sur mon poste.

Première étape : Google. Je tombe sur cette page du wiki Eclipse (rayé parce que ça n’a pas marché pour moi, mais essayez si ça vous tente, vous serez peut-être plus chanceux que moi). Résultat : après avoir ajouté le dépôt d’Indigo et lancé l’update, un message s’affiche : « No updates were found ». Fail.

Deuxième étape : Google (je ne désespère pas). J’arrive donc chez Pascal le Nettoyeur, qui m’indique deux façons de procéder : mise à jour (cf. fail ci-dessus) ou fresh install. On va donc opter pour la seconde solution :

  1. Surtout, conservez vos workspaces existants, hein?
  2. Téléchargement et décompression de la dernière version d’Eclipse (pour moi, avec PDT 3.0, package disponible sur le site de PDT, sous le titre Eclipse PDT 3.0.x All In Ones).
  3. Lancer le nouvel Eclipse. Lorsqu’il vous demande de choisir votre workspace, parcourez votre disque jusqu’à votre (ou un de vos) workspace précédent.
  4. Pour moi, l’import des plugins n’a pas fonctionné, mais comme je n’en utilise pas 36 (RSE, et Zen Coding au quotidien), ça n’était pas trop pénible à réinstaller.

Le tour est joué: nouvelle installation d’Eclipse fonctionnelle. Il faudra que je m’occupe de la reconfiguration de mes autres plugins (mylyn et EGit).

MySQL : Comment effectuer un toggle sur un champ ?

Petite astuce rapide.

Mettons-nous en situation. Nous avons une table utilisateur avec un champ actif qui peut contenir les valeurs 1 ou 0 selon que l’utilisateur est actif ou pas.

Nous souhaitons, via une requête SQL, inverser l’état de ce champ sans faire de test en programmation. Voici comment faire.

Edit (19/09/2011) : Clément propose une solution bien meilleure que celle-ci dans les commentaires en ce qui concerne des champs de type booléen.

UPDATE utilisateur SET actif = IF(actif = 1, 0, 1);

En français : « Si actif est égal à 1, alors actif est mis à jour avec la valeur 0n sinon, actif est mis à jour avec la valeur 1″.

Vous me direz qu’on peut tout-à-fait faire ça en programmation et que ça ne change pas grand chose. C’est vrai, mais :

  1. ça ne fait pas de mal de mieux connaître le langage SQL
  2. cette astuce est bien utile quand on manipule des données en ligne de commande, dans la console MySQL

La fonction PHP extract() ou comment extraire John Butler.

Un petit article pour parler d’une fonction que je n’avais jamais utilisée jusqu’à présent.

En fait, ça n’est pas tout à fait vrai, puisque j’ai développé une fonction qui faisait la même chose. Oui, je sais, j’aurais dû chercher dans l’excellente doc PHP avant.

Bon, venons-en au fait. Cette fonction sert à extraire (oui, je sais, c’est le nom de la fonction… arrêtez de m’interrompre) les données d’un tableau associatif (clé=>valeur) pour créer des variables dont le nom sera celui des clés.

Comment ça, je m’exprime mal ? C’est peut-être vous qui ne captez pas bien ! (je rigole, hein, je ne vous méprise pas, hein ? enfin un peu, mais c’est pas le sujet). Un exemple pour illustrer tout ça (et aussi pour procéder à l’extraction de John) :

$monTableau = array("prenom" => "John", "nom" => "Butler");
extract($monTableau);

Et hop! Vous disposez de deux variables $prenom et $nom dont les valeurs seront respectivement John et Butler.

La fonction accepte deux paramètres optionnels $extract_type et $prefix. Je vous laisse consulter la doc pour

Bon, je peux le dire maintenant : tout cet article n’était qu’un prétexte pour parler de John Butler. Oui, je sais, c’est le même morceau que la dernière fois, mais j’adore…